Aujourd’hui j’ai manifesté à Paris pour le climat et la justice sociale. Du moins, j’ai essayé

Un texte de Maxime Combes

Aujourd’hui j’ai manifesté à Paris pour le climat et la justice sociale. Du moins, j’ai essayé la Préfecture de Police en a décidé autrement !

En tête de cortège, "dans le carré de tête", pour représenter Attac France (Officiel), les forces du désordre nous ont gazé puis repoussé sur le reste du cortège - sans qu’il n’y ait d’issue - alors que rien ne l’imposait.

La manifestation avait débuté depuis 30 minutes
Ni les manifestant.e.s, ni les passant.e.s, ni les habitant.e.s n’étaient en danger.
Pourtant la Préfecture de Police a fait usage de grenades lacrymogènes et de désencerclement sur un cortège compact.
Au sein de ce cortège, des enfants, des personnes âgées , des personnes à mobilités réduites se sont retrouvées prises au piège, sans issue : gaz lacrymo et forces de police d’un côté, cortège dense reculant lentement de l’autre par absence d’issue.
C’est une chance qu’il n’y ait pas eu de drame (du moins à ma connaissance, à 20h, au moment où je retrouve une connexion internet)
Cette intervention policière a mis en danger les manifestant.e.s, les passant.e.s et les habitant.e.s.

Ce que j’ai vu, boulevard Saint-Michel, ce samedi, ce n’est pas du "maintien de l’ordre" Préfecture de Police
C’est manifestement une intervention injustifiée, qui a généré une mise en danger des manifestant.e.s au sein d’un cortège dense, trottoirs compris, qui pouvait se poursuivre.

Ce que j’ai vu, bd Saint-Michel, ce samedi, c’est l’usage agressif et disproportionné de grenades lacrymogène et de désencerclement sur un un cortège dense, sans issue, et très divers dans sa composition (enfants, personnes âgées, etc)
Vous nous avez mis en danger.

On aurait voulu empêcher qu’un cortège opérant la jonction, dans la rue, du mouvement climat avec celles et ceux qui sont mobilisés contre l’injustice fiscale et sociale (#GiletsJaunes), fasse ainsi une démonstration de force, qu’on ne s’en saurait sans doute pas pris autrement.

Pour rappel, déjà le samedi matin, les autorités ont interdit tout rassemblement - malgré les demandes - qui visait à rendre visible dans Paris la jonction et la convergence des #GiletsJaunes et de #MarchePourLeClimat

Ce soir, il y a donc beaucoup de colère.

De la colère parce que quand Emmanuel Macron appelle au calme c’est son Prefet qui, dans les faits, met des milliers de personnes en danger de façon injustifiée, empêchant un acte politique fort entre #GiletsJaunes & #climat

Ce soir les titres des médias auraient du/pu être :
Concluons :

  • 4 millions de manifestant.e.s pour le climat pour 5800 évènements dans 163 pays !
  • le seul pays où le cortège Climat a été violemment réprimé, c’est la FRANCE, pays dirigé par le "Champion de la Terre" (sic)

Sur ce, je vous souhaite à toutes et tous une bonne fin de week-end. Prenez soin de vous, des vôtres. Restons déterminé.e.s. Un mouvement mondial pour le climat s’est exprimé avec force, courage et conviction : plus de 4 millions dans 160 pays, ce n’est pas rien. Prenons-en soin. Renforçons-le. Il sera désormais impossible de faire comme s’il n’était pas là.
"Démonstration de force : gilets jaunes et mouvement climat s’unissent dans la rue"

Au lieu de cela, le bris de quelques vitrines - dont certains postérieurs à l’intervention policière - masque l’essentiel.

Manifester est un droit
De fait, Emmanuel Macron & Préfecture de Police nous en privent.

La police n’est plus là pour protéger les manifestants, comme le prétend Emmanuel Macron, mais pour les empêcher de venir et/ou les dissuader de revenir.

La réponse autoritaire de l’exécutif face à TOUS les mouvements sociaux qui contestent sa politique est stupéfiante, illégitime, inacceptable et dangereuse.

Tous les démocrates devraient s’en offusquer et la dénoncer : il en va de l’avenir de la démocratie et des libertés en France.

Concluons :

  • 4 millions de manifestant.e.s pour le climat pour 5800 évènements dans 163 pays !
  • le seul pays où le cortège Climat a été violemment réprimé, c’est la FRANCE, pays dirigé par le "Champion de la Terre" (sic)

Sur ce, je vous souhaite à toutes et tous une bonne fin de week-end. Prenez soin de vous, des vôtres. Restons déterminé.e.s. Un mouvement mondial pour le climat s’est exprimé avec force, courage et conviction : plus de 4 millions dans 160 pays, ce n’est pas rien. Prenons-en soin. Renforçons-le. Il sera désormais impossible de faire comme s’il n’était pas là.

Gestion2, 22 septembre 2019