évènement
  jeudi 13 mars 2008, 20h30 , Cinéma Frédéric Dard aux Mureaux ,
Av Paul Doumer (prix réduit 5€)  

CL : ciné débat Film - La dignité du peuple, de F. Solanas
L’heure de l’Amérique latine et la nôtre

A l’heure où l’Europe et la France s’enfoncent dans les dégâts du libéralisme, se tourner vers le continent Sud Américain, riches d’expériences en ce domaine peut être salutaire et très instructif pour ceux qui veulent comprendre le monde ...

Intervenant : Olivier Chantry du CADTM ( Comité pour l’Annulation de la dette du Tiers Monde)
A l’heure où l’Europe et la France s’enfoncent dans les dégâts du libéralisme, se tourner vers le continent Sud Américain, riches d’expériences en ce domaine peut être salutaire et très instructif pour ceux qui veulent comprendre le monde ...
Alors bienvenue dans un pays du tiers-monde dissimulé au sein d’un pays développé.
Que s’est-il passé en Argentine ? Comment était-il possible que dans un pays si riche il y ait tellement de faim ?" Le pays, berceau des premières expériences du néo-libéralisme, nouvelle forme du capitalisme, qui domine aujourd’hui le monde, a été dévasté par un nouveau type d’agression, exécutée en temps de paix et de démocratie ; une violence quotidienne et silencieuse "qui laisse plus de victimes sociales, plus d’émigrés et plus de morts que le terrorisme d’État et la guerre des Malouines."
La Dignité du peuple ( après Mémoire d’un saccage ) montre comment les organisations sociales et les populations les plus démunies ont fait face au chômage et à la misère qui sévissent depuis 2001.
Ce film est un hommage aux expériences de résistance populaire spontanément dressée contre le “génocide social” infligé au pays.
Les victimes de ce système, sont aussi des résistants : créateur d’une cantine coopérative, animateur d’une reprise d’usine par les salariés, prêtre en conflit avec la police locale, piquetero (nom donné aux manifestants qui bloquent les voies de communication.
Hommes et femmes baladés vers le néant, fétus de paille emportés par les bourrasques du capitalisme fou, retrouvent la parole et l’image qu’on leur avait dérobées.
Solanas voit, pour autant, une lumière au bout du tunnel. La Dignité dont parle Solanas, c’est cette solidarité qui fait qu’on peut ne rien avoir du tout, et le partager cependant...
Cette réalité argentine est-elle tellement éloignée de la nôtre, nous pend-elle au nez ?
Pour nous altermondialistes, comprendre ces mécanismes, c’est aussi se donner les moyens de construire un autre monde possible…

Documents associés à l'article

PDF 281.6 ko

Rubriques parentes
Autres articles de cette rubrique
Retour vers l'accueil
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP | Site hors zone AGCS