La dernière "Lettre d'ATTAC 78N"
double-face, double-langage, ils ne s’arrêteront que si nous les arrêtons !
 (9 mars 2018)

L ’actuel Président n’a pas le verbe haut. Il parle à mi-voix. Son ton est celui de la confidence. On pourrait croire que cet homme-là ne peut pas être violent.
Il ne rudoie pas comme Sarkozy, il n’éructe pas comme Valls. Ses ministres, adeptes du même double langage trompeur, l’imitent. Tous sur le mode « en même temps » ...
Macron a la répression « douce » aux oreilles des auditeurs ou téléspectateurs.Mais sur le terrain, c’est tout autre chose !
C’est toute une société en marche arrière qui se dessine sous nos yeux.
Cette façon que des grandes entreprises, certaines municipalités, et hélas l’État, ont de rendre la vie plus dure aux pauvres : postes précarisés, bancs supprimés, lieux publics hérissés de piques, expulsions, exclusions. ..
C’est la France des inégalités : celle d’Emmanuel Macron, dans le droit fil de l’Union Européenne, de la financiarisation internationale.
Mais une autre partie de la société (de plus en plus de personnes ou groupes, militant.es ou non) résiste, encore minoritaire mais active, face à l’indignité de la politique migratoire, aux abus des multinationales, ou la destruction de nos droits et des services publics comme l’hôpital, l’éducation ou la SNCF.
C’est celle des guides de haute montagne « Premiers de cordée » qui avec la population du Briançonnais ou de la Vallée de la Roya viennent au secours des migrants, après ceux de Calais et bien d’autres villes en France ; celle des associations, celle des consciences.
C’est aussi la société des travailleurs précaires qui se battent malgré tout, comme le personnel de ménage d’Holiday Inn victorieux après 111 jours de grève ; les personnels des Ephad fortement mobilisés les 30 janvier et le 22 mars.
Celle qui réagit face à la réalité, l’augmentation de la pauvreté,quand l’État et ceux qui l’incarnent aujourd’hui tentent de la rendre invisible, de la dissimuler à coup de contre-réformes, qui de fait, cassent comme jamais nos « conquis sociaux » pour renforcer le pouvoir des multinationales et des « toujours plus riches ».
En France, l’Association ATTAC poursuit ses combats essentiels contre les banques qui optimisent les paradis fiscaux aux dépends d’investissements ou de fonctionnement de services publics indispensables, de nos retraites.
Dans le 78, le Réseau Amy (Réseau d’Accueil des Migrants en Yvelines) a été créé. Nopivals (Non au Projets Inutiles en Val de Seine), le Collectif Stop Tafta/Ceta, l’Université Populaire d’Attac Nord et Sud poursuivent leurs missions d’information et de propositions d’actions. Les luttes paient, les victoires sont possibles comme le montre celle de NDDL, après 50 ans de mobilisation !! Leurs animateurs insistent sur l’importance et la nécessité du cadre unitaire, de la présence de forces convergentes.

Apple qui avait porté plainte contre Attac, a été condamné (février2018).

Rassemblons-nous pour construire ou soutenir des projets alternatifs !

Nicole, Fabienne, Marie-Pierre

Documents associés à l'article
Les anciennes "Lettre d'ATTAC 78N"
 (11 avril 2006)

Communiqué du Bureau d’Attac France (Montreuil, le 11 avril 2006)

 (1er mai 2006)

Après le 29 mai, leur plan B, c’était : accélérer la libéralisation et la précarisation, en cassant le Code du Travail et en insultant la jeunesse.

Mais la goutte d’eau, la provocation de trop, après la crise des banlieues, ce fut ce satané CPE, petit frère d’un CNE passé presque inaperçu et clou de cette loi inique dite "égalité des chances" (pour qui ???).

Sauf que notre plan ABC de résistance à la précarité néolibérale s’est déclenché et ils se sont - très vite et très fort - pris leur mépris en boomerang.

Ils n’ont pas écouté notre Non au TCE, ils n’ont pas cru en la révolte qui grondait ; alors, ils ont eu en retour un mouvement social de la jeunesse inespéré et d’une ampleur sans précédent depuis 1968, soutenu par une majorité de la population, avec un atout essentiel - imposé par les jeunes - et qui manquait jusqu’ici : l’unité syndicale.

Des formes de luttes offensives (blocages, démocratie à la base, humour, gaîté et pacifisme, coordinations, autonomie des mouvements) avec une volonté d’élargissement et de liaison avec les salariés, bref une véritable lame de fond antilibérale, provoquant une crise de régime politique salutaire.

Ils ont été obligés de répondre aux millions de personnes qui étaient dans la rue chaque semaine.

De plus, les regards des mouvements sociaux européens se sont braqués sur ce magnifique mouvement, tel le phare de l’espoir revenu, un exemple à suivre et déjà suivi !

Et si le blizzard libéral était en train de tourner aussi en Europe en un bon vent antilibéral, comme en Amérique latine ?
Et si leurs plans pour 2007 en étaient contrecarrés ? À nous d’en construire une issue positive, sans attendre !

 (22 juin 2006)

Loi Sarkozy 1, Lois Sarkozy/Perben, Loi Sarkozy 2, Loi sur la prévention de la délinquance, Loi CESEDA, Loi DASDY, etc.

Quel espace reste-t-il aux libertés en notre beau pays de France ? Qui osera encore sortir dans des rues couleur bleu foncé ? Les seuls emplois non menacés seraient-ils ceux des policiers, vigiles ou autres « miliciens » ?

Mais quel démagogue êtes-vous, Monsieur Sarkozy, qui ne basez votre politique que sur le sécuritaire ? Est-ce pour effrayer le chaland, comme en 2002, et revoir J.M. Le Pen au 2ème tour ?

Les clés du pouvoir sont au bout du flash ball. La répression, la stigmatisation, la relégation sont instaurées comme mode de gouvernance : gardes à vue, perquisitions de nuit, écoutes et vidéos, reconduites à la frontière, expulsions d’enfants scolarisés, maires délateurs, travailleurs sociaux marginalisés et délinquance juvénile détectée dès l’âge de 3 ans ...

Comme dans toute rhétorique libérale, il faut créer le besoin (l’étranger, le marginal, le jeune de banlieue, le taux de délinquance), soigner le marketing (les médias et les ouvertures du JT de 20 h) pour enfin « vendre » le produit (la police omniprésente, la répression préventive, l’insulte, voire la bavure).

Monsieur Sarkozy et ses amis nous préparent l’après 2007 et le citoyen qui ne dit mot, consent. Pour ne pas être en reste, l’opposition « socio - Royaliste » semble s’aligner sur ces lois liberticides et en inventer de nouvelles.
Il n’est que temps de prendre la température de la situation et il nous appartient de la dénoncer. Les seules lois qui doivent avoir un sens sont celles qui tendent à plus de justice, plus de liberté et plus de démocratie.

 (3 novembre 2006)

On peut dire que cette interrogation est plus que légitime quand on voit ce que l’on voit et qu’on entend ce que l’on entend en interne.

Mais ce n’est que passager et nul doute que l’Association saura rebondir. Il ne peut guère en être autrement si l’on considère :

- L’engagement moral, éthique et matériel de tant de ses membres,
- L’efficacité du mouvement en matière d’éducation populaire,
- Le rôle réel joué lors du référendum sur le TCE,
- La complémentarité d’Attac avec les mouvements sociaux,
- La prise en compte de son expression.

L’hypothèse selon laquelle cette usine à gaz aurait pu être formatée et consciemment mise sur orbite, par des intérêts politico/néolibéraux de grands partis et syndicats, serait d’ailleurs tout à fait recevable : Attac, par ses composantes plurielles et son ambition altermondialiste, est non « encartable » et encore moins un parti en devenir, autrement dit, un empêcheur de tourner en rond. En effet, sa disparition par autodestruction serait sûrement la bienvenue pour nos adversaires, dans l’hexagone pour le moins, dans la sphère européenne probablement et dans le monde certainement.

C’est la raison pour laquelle nous pouvons raisonnablement penser que la vérité va l’emporter et que notre Association sortira de cette épreuve plus démocratique et grandie par sa capacité à dominer la crise.
Voilà en tous les cas le vœu formulé par le Conseil d’administration d’Attac78nord, qui a décidé de continuer son travail, sachant que c’est là le meilleur moyen de prouver le caractère non récupérable de ses adhérents : laissons donc se terminer le mieux possible cette phase de reconstruction.

Patrick Vachon

 (18 février 2007)

Février, il est encore temps de présenter ses vœux pour 2007, année de tous les dangers...

Meilleurs vœux aux sans-logis, aux sans-papiers, aux délocalisés, aux laissés pour compte,. Aux enfants du DAL, de Don quichotte, de l’abbé Pierre, de Coluche et des autres, aux femmes qui se battent pour leur dignité, à tous ceux qui, un jour, ont décidé d’agir.

Meilleurs vœux à certains de nos magnifiques candidats à la présidentielle, que 2007 leur soit joyeuse, et qu’ils pensent surtout à lire notre manifeste altermondialiste avant de se pavaner devant les médias et nous livrer leur démagogie habituelle.

Meilleurs vœux à ces mêmes médias qui, encore une fois, nous conduirons au cœur du moins- disant démocratique jusqu’au soir du premier tour (devoir de mémoire, Mesdames et Messieurs).

Meilleurs vœux aux enfants des cités et aux étudiants anti-CPE qui, un an après les émeutes et les manifs, n’ont peut-être toujours pas compris que, pour régner, les puissants divisent et savent « qu’avec le temps va,... ».

Meilleurs vœux aux nouveaux européens leurrés, aux exploités des pays pauvres et endettés, que le tsunami des ajustements structurels ne les blesse pas trop cette année.

Meilleurs vœux aux palestiniens entraînés dans une guerre civile savamment préparée et aux irakiens encore en vie qui auront bientôt le plaisir de recevoir 21 000 touristes supplémentaires et l’engagement de l’oncle Bush pour une démocratie bien lointaine.

Meilleurs vœux à ceux qui s’en foutent, le libéralisme s’occupera d’eux, n’en doutons pas.

Enfin, meilleurs vœux à ceux qui fauchent l’OGM, ceux qui luttent, qui se battent, qui disent non, qui croient à un autre monde possible et qui, malgré les agitations, les doutes et l’échauffement des esprits continuent à y croire. Et, bien entendu, meilleurs vœux à la planète qu’il faudra bien sauver de ses pires prédateurs : nous !

Allez, bonne année à tous les Moutons Noirs quand même !

 (9 octobre 2014)

« Mais quel été pourri ! quelle rentrée lourde… Que nous réserve la suite ?... »

Un défaitisme teinté d’angoisse menacerait-il nos rangs ?
Non pas à l’écoute de la météo mais de l’avalanche de
nouvelles politiques, sociales, économiques plus
désastreuses les unes que les autres et quel que soit l’endroit
vers lequel on se tourne sur la terre… N’en rajoutons pas en
les citant toutes, façon café du commerce…

Les motifs de désespérance, de colère et de révolte
abondent… entre un gouvernement de fausse gauche
faisant une politique de droite, de plus en plus au service du
Medef et de la finance, des Etats pompiers pyromanes
multipliant les fronts de guerre, au milieu d’une planète
financiarisée au bord du gouffre écologique et climatique...

Une analyse politico-stratégique d’un point de vue
altermondialiste serait évidemment la bienvenue pour nous
donner perspectives de résistances et d’alternatives…

Il se trouve que nous en avons eu de
pertinentes à l’Université Européenne
d’ATTAC et des mouvements sociaux
en
août à l’Université Paris 7 en partenariat avec la
fondation Rosa Luxembourg.

Voilà justement qu’en évoquant cet événement
réussi, le ciel semble s’éclaircir un peu.

Pendant cinq jours, 2000 altermondialistes
d’Europe et d’ailleurs, se sont rassemblés en
forums, séminaires, ateliers, pour débattre,
analyser, se former, s’informer, échanger des
expériences de luttes et d’alternatives concrètes
locales ou plus larges.

Sur des thèmes aussi variés que la crise
économique, sociale, écologique, le
changement climatique avec le réseau
Alternatiba, le nucléaire, les grands projets
inutiles, l’austérité, la dette, les biens communs,
les droits… : au travail et à son partage, au
logement, la santé, l’éducation, etc.., ceux des
femmes ou des migrants ; les guerres et conflits
en Ukraine, en Palestine, en Irak, en Syrie,
en Afrique, au Maghreb, les calamiteux traités
TAFTA, CETA ou TISA, les lois sécuritaires,
la montée de l’extrême droite…

Mais la place était large aussi aux alternatives
locales, les systèmes d’échanges et de
démocratie réelle… porte ouverte aux luttes
dont vous n’entendez pas parler, de tous ceux
qui refusent de se soumettre au diktat de la
finance, qui veulent changer le système pas
le climat…

De nombreuses associations, syndicats,
mouvements sociaux, féministes, jeunes ont
participé à ce programme très riche et
enthousiasmant dans une ambiance conviviale
et très bien organisée. Comme une bouffée d’air
frais, où entre deux plats artisanaux bio, café ou
bière, on pouvait aussi pratiquer ou assister à
des spectacles originaux, concerts, films, expos,
participer à des ateliers pratiques ou artistiques,
des randonnées historiques ou de découverte à
Paris ou en banlieue…

De quoi recharger les batteries pour préparer et
s’armer dans nos mobilisations et réflexions
quotidiennes, s’ouvrir aux alternatives
innovantes, solidaires, d ’échange, de partage,
« modestes et géniales » , personnelles ou
collectives, qui fleurissent de plus en plus et
parfois là où on ne les attend pas… bousculant
nos habitudes et certains modes de pensée
ronronnants*.

On a bien besoin de ces
moments de respiration, de
fenêtres ouvertes sur
l’espoir d’un autre monde
possible face aux forces
néolibérales et pouvoirs en
place qui ne manquent pas
non plus d’imagination pour
endormir et écraser les
populations.

Les rendez-vous ont déjà
commencé, voyez notre
agenda, on vous y attend !

Compte-rendu audio sur le site Attac France.

« Un Temps de Pauchon » à l’ESU Dans les médias, par Hervé Pauchon

Fabienne Lauret, pour le CA%78Nord

Courage, résistance et dignité !
 (2 janvier 2008)
Un grand courage il faut déjà,
Gagner sa vie n’est pas facile,
Mais cela ne suffira pas,
Sortons vite ces imbéciles,
Pantins menteurs cause de tracas.

Résiste, résistez, résistons,
C’est l’éternelle chanson,
Evitant les retours de bâton,
Du contrôle social par le sabre et le goupillon.

Notre dignité consolidons,
Foin de servitude volontaire,
Dévions le piège d’aliénation,
Des faux amis et du petit Bush au grand blair.

Au terme de 9 années d’existence, Attac boucle un premier cycle. Démontrer et lutter contre les méfaits de l’économie et de la financiarisation actuelle est toujours nécessaire.
Mais force est de constater que l’on reste complètement démuni pour cause de défaillance de la plupart des structures politiques et syndicales, qui ne veulent ou ne peuvent relayer puissamment la volonté populaire. Et l’on peut même parler de sabotage lorsque cette volonté est dévoyée et découragée.

Exemple : Nous avons beaucoup travaillé pour informer et faire comprendre que, derrière des idées pacifiques et généreuses, les structures de l’Europe mises en place sont en fait aussi peu démocratiques et sociales qu’elles sont ultra-libéralo-capitalistes.

Nous avons démontré la perversité du Traité Constitutionnel Européen (TCE) qui aurait encore aggravé ce piège institutionnel et l’aurait verrouillé, tout en l’inféodant aux USA, contrairement à l’idée d’indépendance et de contre poids souhaitée. Les électeurs ne s’y sont pas trompés en donnant une large victoire au NON, malgré toute la puissance de feu des médias, des partis et des syndicats dominants, y compris ceux soi-disant de gauche…

Or, cette belle victoire a été kidnappée dès le soir du 29 mai 2005 par toute l’engeance susnommée. Depuis il y a eu l’élection de Sarkozy, puis Lisbonne et son faux traité simplifié. Bref, ce qui a été rejeté est en passe de nous être imposé définitivement par des combines. La réunion du congrès à Versailles le 04 février en est une « sacrée », car il est prévu d’y modifier une fois de plus la constitution française afin de faire ratifier par les parlementaires ce que le peuple a déjà directement et souverainement refusé en mai 2005.

Ceci démontre magistralement et une fois de plus un dramatique problème de démocratie et de légitimité des institutions et des élus en France et au-delà.

Il est donc urgent de tirer le signal d’alarme. Cela est du devoir de chacun, et plus particulièrement d’Attac. Ajoutons que notre crédibilité, notre efficacité et notre dynamisme propres sont également en jeu. N’attendons pas que le désespoir et la démobilisation, qui vont de pair, s’amplifient jusqu’à un clash qui, de plus, nous trouvera totalement impuissants. C’est la raison pour laquelle le CA d’Attac 78 nord a décidé d’organiser un CL exceptionnel afin de lancer une réflexion sur ce problème et sur les solutions possibles. Tout en restant hors partis, nous envisageons d’élargir le champ de notre auto éducation collective et populaire (recherche, réflexion, critique, débat, action) jusqu’aux partis politiques et aux syndicats.

Lorsque ces derniers se renient et trahissent au point d’être les pantins de leurs adversaires, c’est le camp dont ils se réclament faussement qui en pâtit. Mais c’est aussi et surtout la Politique et la Démocratie qui sont bafouées et discréditées.

Attac se doit d’analyser et de dénoncer les forfaitures d’autant plus énergiquement que les médias, complices, s’y refusent. Il nous faut donc commencer par le PS car c’est le plus gros morceau.

Ce n’est pas parce que Sarkozy prône la culture du résultat (et quels résultats…) que le peuple doit s’interdire la culture des moyens.

Les débats du CL exceptionnel contribueront déjà à orienter notre action pour la manifestation prévue autour du 04 février à Versailles. Vous êtes conviés à consulter la contribution finalisée, validée par le CA.

Merci d’avance.

 (16 janvier 2009)

Une nouvelle agression barbare est commise par une armée surpuissante contre un peuple occupé, assiégé, affamé, humilié, mais un peuple qui résiste.

Des centaines de morts accusent. Les peuples du monde accusent. La stratégie d’anéantissement du peuple palestinien se poursuit et s’intensifie : écoles, hôpitaux, familles, réseaux d’eau, de gaz, d’électricité…sont écrasés sous les bombes et des munitions expérimentales « génocidaires » tuent ou mutilent à vie enfants, femmes et hommes.

Qui peut encore croire qu’Israël riposte à des attaques palestiniennes ?

  • Israël occupe illégalement des territoires palestiniens, occupation condamnée par l’ONU.
  • Israël continue la colonisation illégale des terres palestiniennes, volant les terrains, les champs et les maisons aux familles qui se retrouvent dans des ghettos , réduites à la misère quand ce n’est pas exterminées.
  • Israël entoure ces ghettos par des murs de la honte, de façon à tenter de rendre impossible l’existence d’un état palestinien viable.
  • Israël a toujours favorisé les forces obscurantistes contre les forces progressistes et laïques palestiniennes.

Il y a d’une part un peuple qui résiste à l’occupant et de l’autre une armée d’occupation avec son cortège de crimes.

La négation persistante de l’expression démocratique du peuple palestinien fait obstacle au règlement des problèmes de la région.
Nous sommes indignés, nous sommes révoltés, nous sommes solidaires du peuple palestinien dans sa lutte héroïque pour le respect de son droit à l’existence dans les frontières reconnues et sures d’un état souverain.

La communauté internationale, les Nations Unies doivent agir d’urgence.

L’agression meurtrière israélienne doit cesser.

Le CA ATTAC 78 Nord

 (16 septembre 2009)

Si l’on examine les élections
successives de l’Union
Européenne (UE) avec un peu de
recul, tout se passe comme si les
citoyens étaient fortement
imperméables voire rebelles, au
harcèlement politico-médiatique
dont ils sont la cible : plus on
s’efforce de les convaincre de
leur « pseudo-citoyenneté
européenne », plus ils
s’abstiennent. Et d’élection en
élection, leur rejet est de plus en
plus massif. Comme le montrent
le tableau et le graphique
suivants, ce phénomène est en
très forte progression, quasi-linéaire.
En France, avec un
résultat tous les 5 ans, on passe
de 40% en 1979 à 60% le 7 juin
2009, soit une augmentation de
50% du nombre des électeurs
abstentionnistes sur les 30
dernières années.

Ce phénomène objectif,
incontestable, est d’une portée
qui ne peut plus être sous-estimée.
Arrivé au seuil de 60%, il
met en question la légitimité du
dispositif supranational appelé
« Union Européenne », dispositif
qui contredit le principe
fondamental du droit des peuples
à disposer d’eux-mêmes et qui
organise, notamment, un pillage
éhonté par des intérêts privés,
des services et du bien public sur
l’ensemble des pays concernés,
ce dont les citoyens ne veulent à
aucun prix.

Il faut souligner la part de plus en
plus importante prise par le
« boycott militant » dans cette
abstention record. Les Français
ont prouvé leur fort intérêt pour la
question de l’Europe, en votant
massivement lors des
référendums de 1992 (traité de
Maastricht : petite victoire du oui)
et de 2005 (traité constitutionnel :
grande victoire du non). Les taux
d’abstention lors de ces deux
consultations, aux résultats
pourtant opposés, ont été très
bas et identiques (30%). Ce qui
montre bien que la forte
croissance des abstentionnistes
des 7 élections européennes
exprime à la fois un profond refus
de la politique de l’UE mais
également de ses institutions
anti-démocratiques, voire même
de leur légitimité quand la
souveraineté populaire est
« passée à la trappe » comme
ce fut le cas pour le non au TCE.

Si le traité de Maastricht a pu
leurrer, le temps d’un scrutin, on
sait aujourd’hui au vu des dégâts
considérables de l’application de
ses principes ultra-libéraux, que
les promesses d’une Europe
sociale cachaient l’ambition d’un
capitalisme totalitaire et
bureaucratique, avide de profits
démesurés et méprisant des
libertés, de la démocratie et de la
citoyenneté républicaine.

Dans ces conditions, parler d’une
grande victoire électorale de
l’UMP aux élections du 7 juin
dernier, alors que l’abstention-sanction
des citoyens ne lui
accorde plus qu’un score minable
de 11,25% des électeurs inscrits,
c’est manifester encore plus de
mépris pour les victimes de cette
grande arnaque et encore plus de
provocation quand c’est le
prétexte pris pour accentuer
encore la régression sociale au
sein de l’UE.

Christian AUBIN, Conseil d’Administration, ATTAC 78Nord

Année 2009
Bilan et perspectives pour Attac78 nord
 (21 décembre 2009)

L’année 2009 a été marquée par l’approfondissement spectaculaire de la « crise » financière, économique, sociale et écologique, et de ses conséquences en terme d’explosion du chômage, de la précarité, des fermetures d’usines… et cela va continuer.

Le capitalisme emploie tous les moyens pour faire plier les peuples, détruire leurs acquis démocratiques, leurs protections sociales, et piller les bien communs de l’humanité. Il s’approprie de cette façon des masses de capitaux et de profits telles que la crise systémique sans précédent qui en résulte met en péril l’avenir même de l’homme sur la terre.

Au niveau international, l’élection d’Obama a suscité de grands espoirs vite démentis. Les mobilisations importantes contre les massacres à Gaza ont marqué le début de l’année, sans aboutir à une solution. Au contraire, Israël continue de s’opposer à l’acheminement de l’aide humanitaire et à la reconstruction des logements et des équipements systématiquement détruits par son armée, qui s’est également rendue coupable d’un massacre important de civils palestiniens, de femmes et d’enfants (selon le rapport Goldstone approuvé par les Nations Unis le 5 novembre 2009).

Attac n’a pas tellement relayé le fort mouvement social du LKP en Guadeloupe et Martinique.

Un début de mouvement social national d’ampleur et prometteur s’est vu amené dans l’impasse par les directions syndicales (et de certains partis), sur fond d’élections Européennes qui ont monopolisé le débat public, avec l’enjeu d’une recomposition éventuelle à gauche du PS.

Mais cela n’a pas empêché les conflits sociaux locaux de perdurer, notamment dans le secteur de l’automobile et des équipementiers. Cela n’a pas empêché non plus un fort et long mouvement des enseignants, chercheurs, et étudiants, ni de nombreux autres mouvements (santé, EDF, justice, poste, logement…), tous en riposte aux attaques incessantes du néolibéralisme, et posant l’acuité d’une nécessaire généralisation des luttes.

Certains reculs, la criminalisation aggravée, les tensions que ce soit au niveau des sans papiers ou dans les quartiers populaires, n’ont pas entamé la volonté lancinante de riposte, qui peine à trouver une issue cordonnée et efficace.

Paradoxalement, les forces sociales organisées qui pourraient contrecarrer cette folie et porter l’espoir d’une alternative, d’une reprise de la marche en avant du progrès social dans un monde nouveau intégrant les aspirations et les possibles des hommes et de l’environnement planétaire, sont de plus en plus défaillantes. Elles s’enfoncent, pour la plupart, dans une collaboration de classe perverse et lamentable, détournant ainsi de plus en plus de citoyens des formes de lutte traditionnelles. Cependant, le mouvement alter mondialiste, où ATTAC à joué un rôle de tout premier plan, a su faire surgir des questions essentielles dans le débat de société, portant au devant de la scène l’affirmation « qu’un autre monde est possible ». Mais on constate un essoufflement, une perte d’adhérents qui semble indiquer, selon nous, la fin d’un cycle de 10 ans.

Notre comité local, bien qu’affaibli par des défections, a donc été confronté à une nécessaire prise en compte de ces situations, avec des particularités locales comme le combat contre le projet de circuit F1 ou l’occupation d’un centre social aux Mureaux par des centaines de sans papiers.

Nos réunions mensuelles locales (CA et CL et ciné débats publics au Pandora d’Achères et aux Mureaux, et groupe local de Houilles), la sortie régulière de notre « Lettre Attac 78 nord passe à l’ Attac » ont aussi été encore une fois la colonne vertébrale de notre apparition publique. En parallèle nous avons maintenu notre participation sur les fronts locaux dans lesquels nous sommes engagés depuis des années (La Coudraie, Collectif Logement des Mureaux, RESF78, et notre présence aux initiatives publiques unitaires locales) et participé à de nouveaux fronts de luttes (circuit F1, Roms).

Dans ces circonstances, il pourrait être essentiel au devenir de notre association, qu’elle attache une importance encore plus grande au terrain, au développement des luttes de citoyens et de salariés, quand elles s’inscrivent dans la perspective de cet autre monde dont nous parlons. Notre contribution, fut-elle modeste, au recentrage sur les relations de proximité de tout ce qui permettra à la fois d’accéder à des formes de vie sociale de qualité, et d’apporter des réponses réalistes aux défis économiques et environnementaux, devrait permettre à Attac de trouver un second souffle et de se renforcer. En participant à des mobilisations locales efficaces, notre CL peut contribuer à faire déboucher des actions du type « votation contre la privatisation de la poste » ou de la très belle lutte « Flins sans F1 », dans les domaines de l’école, de la santé, de la défense des sans papiers , avec les différentes organisations agissant dans ces domaines, et dans le souci du renforcement et du rajeunissement de nos effectifs.

(Extraits du rapport d’Assemblée générale annuelle 78N de novembre 2009)

Retour vers l'accueil
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP | Site hors zone AGCS