La dernière "Lettre d'ATTAC 78N"
UP78
 (10 mars 2018)

La saison 2017-2018 est terminée. Le programme de la saison 2018-2019 est en cours d’élaboration, et sera connu début septembre.
Prochain RV le 2 octobre 2018 au Scarabée.

Le programme complet et détaillé 2017-2018

Les cours de l’UP78 sont en audio, en podcasts, ci-dessous ou sur le site de Marmite FM.

Podcasts de la saison 2017-2018

Documents associés à l'article
Les anciennes "Lettre d'ATTAC 78N"
UP78
Avec Irène PEREIRA, sociologue
 (10 mars 2018)

Trente cinq participant.es ce samedi 13 janvier 2018 à La Nouvelle Réserve, entourent Irène Pereira, intervenante régulière et très appréciée auprès d’Attac78.
Les questions préliminaires et attentes des « élèves » sont variées : curiosité, injustice sociale, « méritocratie », oppressions, définitions du mérite et de la compétence, rapport à la société « capitaliste », à la biodiversité, critères de « sélection » et d’attribution du mérite.
L’exposé interactif s’articule sur des éléments philosophiques, historiques, et sociologiques

1- Eléments philosophiques

  • Il y a une absence de consensus des philosophes sur le mérite :
  • Le mérite est-il un « bien » acquis à la naissance ? (pour J.J.Rousseau : l’inégalité est dans la nature et entre les hommes, l’inégalité sociale n’est pas naturelle )
  • Le mérite est-il juste ou injuste ? Vient -il de l’effort ou du travail ?
  • Le mérite dépend-il du lien avec les conditions sociales et l’environnement familial (= naissance avec une « disposition à l’effort » ?)

2- Eléments historiques

  • Pour l’ancien régime, aristocratique, le gouvernement est celui « des meilleurs » qui en ont hérité à la naissance.
  • Pour la Révolution, qui abolit les « privilèges » ( littéralement « loi privée » signifiant une « loi » ou règle pour chaque groupe social, tels : habillement, fiscalité, justice, … ), le mérite est opposé à l‘Egalité, postulat de la Déclaration des Droits de l’Homme.
  • Karl Marx remet en cause l’idée d’une société libérale basée sur le mérite individuel. Il montre la place du capital économique de naissance dans la reproduction des inégalités sociales.
  • Pour nos sociétés libérales, la « méritocratie » est à la base de leur fonctionnement politique et économique.

3- Eléments sociologiques
Selon le statut social des parents, leur « capital » culturel et économique (la France en dernière position pour l’inégalité sociale pour l’OCDE… ), le niveau d’étude des enfants n’est pas le même, les trajectoires d’apprentissages sont longues ou courtes.
De même, on note l’importance du genre H/F, de l’origine ethno-raciale (quotas) ou géographique (ex. : Sud-Est asiatique, USA, Canada, France), des cultures basées sur la réussite scolaire, des études basées sur les diplômes.
Dans le sport, la compétition exacerbe les « valeurs » du sport (« que le meilleur gagne »). Quelle est alors la part de l’ « aptitude » dans le mérite ?
Et l’admiration pour le mérite, très subjective, est un phénomène valorisant.

Quelles alternatives ?

  • Le projet de société « socialiste » opposée au mérite, reposerait sur la base d’« à chacun selon ses besoins … »,
  • La reconnaissance du scientifique / du « génie » (dans l’art ? / pour Nietzsche il s’agit de « ce qui nous dépasse » ),
  • L’ admiration du différentiel entre résultat et effort fourni
  • Le mérite « de vivre » ? La dignité est non monnayable, constituant un droit.
  • Les cas du modèle admiré / altruisme, l’ idée d’excellence, l’ idéal du « moi ».

En conclusion enfin :

  • La notion de « commun » est évoquée.
    Le mérite, est-il une « valeur » en dehors du capitalisme ? Une société sans mérite peut-elle exister ?... sont des questions qui restent à réfléchir.

Gérard, Nelly, Marie-Pierre

UP78
Une soirée enthousiasmante
 (25 janvier 2013)

La soirée du 17 janvier 2013 au Prisme d’Elancourt intitulée
«  Vive la cotisation sociale, pour assurer un salaire
à vie à tous
 ! », faisant partie du cycle de l’Université Populaire 78 (UP78)
et animée par Bernard Friot, fut très réussie.

Environ 65 personnes, dont une fraction appréciable de nouvelles têtes, ont pu apprécier l’originalité et à la profondeur du discours de Bernard Friot, ainsi que son humour.

Bernard Friot est économiste et sociologue, membre fondateur de l’Institut Européen du Salariat, auteur de nombreux ouvrages dont L’enjeu des retraites (2010) et L’enjeu du salaire (2012), tous les deux aux éditions La Dispute.

Il montre que les bases de sortie du capitalisme sont déjà disponibles dans la cotisation sociale. Nous socialisons déjà une grande part de la
richesse à travers les cotisations sociales payées par les employeurs, qui assurent notamment le salaire des retraités. Il est possible de prendre appui sur cette expérience réussie de la cotisation sociale, en la généralisant sur deux aspects :

  • assurer un salaire à vie dès 18 ans reconnaissant la qualification personnelle de chaque individu
  • assurer un niveau d’investissement suffisant

Le but étant d’en finir avec « le pouvoir d’achat », le marché du travail, la propriété lucrative, le profit, la dette...

Les points principaux abordés lors de cette soirée ont été :

  • la nécessité de déconstruire le vocabulaire et le discours capitaliste, qui parle de “ponction” au lieu de cotisation, de “dépense” pour les fonctionnaires au lieu de création de richesse par les fonctionnaires, etc. Les discours du PS, du FdG, du NPA, et d’ATTAC, en réutilisant systématiquement les termes capitalistes, sont perdants d’avance. Et trop souvent ces discours ne sont que de l’aménagement de l’approche capitaliste. Par exemple demander un SMICà 1500€, taxer le capital, etc ce n’est pas sortir du système capitaliste, c’est l’aménager pour le rendre plus "supportable". C’est dans une autre direction qu’il convient d’aller. Ainsi il "suffirait" de prolonger
    ce qui a été mis en place par le CNR (la cotisation sociale, et le fonctionnariat dans ses principes et son fonctionnement)
    pour être "révolutionnaire".
  • l’importance d’attacher le salaire à un grade ou une qualification reconnue (cas des fonctionnaires) plutôt qu’à un emploi (et donc pas à la personne).
  • l’importance également de reconnaître la qualification d’une personne, inchangée lors du départ à la retraite, et qui devrait déterminer le montant de sa pension, vue comme la continuation du salaire.
  • la casse actuelle du service public, ou plutôt sa transformation en entreprise privée (mastérisation pour l’EN, LOLF, tarification à l’acte pour les médecins...). Plutôt que les hôpitaux soient financés par une subvention de la SS et n’aient rien à rembourser, le capitalisme voudrait bien qu’ils se construisent comme les cliniques privés en allant emprunter sur les marchés....
  • suppression de la propriété lucrative pour la remplacer par une cotisation et subvention.

Sur ce dernier point, Bernard Friot insiste sur l’importance de la création d’une cotisation économique payée par les entreprises (équivalente à la cotisation sociale), cotisation qui irait, comme la cotisation sociale, dans des caisses spécifiques, lesquelles paieraient donc les salariés ainsi que les investissements des dites entreprises. Il n’y aurait donc plus de crédit, donc plus d’intérêts. Bernard Friot insiste également sur le fait que 40% de la population actuelle bénéficie déjà d’un salaire à vie : ce sont d’une part les retraités, et d’autre part les fonctionnaires titulaires dont le salaire est uniquement dépendant de la qualification de la personne et non, comme dans le privé, du poste occupé (l’emploi). Ce fait permet de mieux comprendre les attaques de l’oligarchie dominante contre ces acquis : traiter les bénéficiaires de “privilégiés”, transférer le maximum de la fonction publique vers le privé (vers la disparition des fonctionnaires - LOFT, RGPP), et transformer la pension actuelle (salaire continué) en rente liée exclusivement au montant des cotisations payées, calculée pour la récupération de la mise et pas plus (donc tenant compte de l’espérance de vie de la classe du retraité au moment de la liquidation de la retraite), sans référence au taux de remplacement du dernier salaire (ou des meilleurs salaires). Les divers discours de droite comme de gauche tendant à remplacer la cotisation par un impôt, et prônant la mise en place du « New-Public-Managment » afin de faire pénétrer dans la fonction publique les mécanismes et règles des entreprises capitalistes, participent donc des attaques l’oligarchie dominante contre les acquis sociaux.

Les nombreux militants présents ont trouvé la soirée très stimulante, mais les nouveaux venus ont peut être manqué de connaissances préalables pour bien suivre le débat. Ce qui donne des idées pour plus de développements sur ce sujet l’année prochaine, par exemple sous la forme d’une série d’ateliers.
Une autre piste serait un débat confrontant les propositions de Bernard Friot avec l’approche des distributistes qui souhaitent plutôt une allocation universelle basée uniquement sur l’âge et quasiment la même pour tous, afin d’en examiner les conséquences sur les sociétés correspondantes.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter le site de Réseau Salariat, une autre association d’éducation populaire spécialisée sur ces sujets.

UP78
 (2 février 2014)
Documents associés à l'article

PDF 69.2 ko

UP78
 (10 mars 2018)

Trente participants ont écouté Denis SIEFFERT à cette présentation-discussion UP78 le samedi 18/11/2017 à La Nouvelle Réserve, expliquer comment accéder à des informations crédibles et à se faire une opinion.

C’est le droit au savoir, fondamental et démocratique.
Etre informé librement, sérieusement, rigoureusement concerne la vie quotidienne du citoyen libre dans ses choix et autonome dans ses décisions.
A l’image de la publicité, les intérêts privés des « grands » medias [1] gangrènent l’intérêt public, dissimulant l’avidité de pouvoir.
Les médias « indépendants » devraient rendre des comptes, s’abstraire des injonctions politiques, économiques et religieuses et échapper au risque insidieux de l’autocensure et de la marginalité. On est toujours dépendant mais de quoi, de qui et pourquoi ? .
Un journal « libre » ne s’achète pas : il se finance. Il lui faut l’implication des lecteurs qui en recoupent et discutent les informations, comme celle des abonnés et des diffuseurs.
A vous de jouer !

Gérard, Marie-Pierre

UP78
 (31 juillet 2013)
UP78
 (25 juillet 2014)

Le programme complet et détaillé 2013-2014

Podcasts de la saison 2013-2014

UP78
 (20 juin 2015)

Le programme complet et détaillé 2014-2015

Podcasts de la saison 2014-2015

UP78
 (29 juin 2016)

Le programme complet et détaillé 2015-2016

Podcasts de la saison 2015-2016

UP78
 (15 août 2017)

Le programme complet et détaillé 2016-2017

Documents

Séance du 22 avril 2017 : Revenu de base, revenu inconditionnel, revenu d’existence, salaire à vie... Essayons de faire le tri - Jean-Claude Loewenstein.

Podcasts de la saison 2016-2017

Retour vers l'accueil
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP | Site hors zone AGCS