La dernière "Lettre d'ATTAC 78N"
 (13 novembre 2018)

IMPLOSION INÉGALITAIRE ET CLIMATIQUE OU SURSAUT COLLECTIF ? QUE VOULONS-NOUS ?

Alerte rouge des scientifiques !

CLIMAT : le 4 juin 2018, étape du Tour ALTERNATIBA aux Mureaux

Nous voulons des Coquelicots ! Uni.es pour le climat dans le Mantois aussi

Des coups en veux veux- -tu, en voilà ! Stop !

  • Des coups en veux-tu, en voilà ! Stop ! p :7
  • Coup de poignard dans le dos p :7
  • Coup de colère et carton rouge aux autorités de l’Etat dans le 78 p :8
  • Coup de cœur : à RESF 78 p :9
  • Coup de chapeau : aux 10 ans du Cercle silence de Versailles p :9
  • Coup de pouce : à la coordination nationale des Collectifs de défense des hôpitaux p :9
  • Coup de maître à Maurice Martin p :10
  • Coup de semonce : des milliers de femmes à Glasgow p :10
  • Coup d’épée dans l’eau p :11

La Paix pour qui ?

Notre terre est précieuse, préservons-la !

L’imposture Macron, un business model au service des puissants

Déclaration ATTAC78N en hommage à Pierre Cousin

Documents associés à l'article
6 juillet 2018
 (9 novembre 2018)

Comme beaucoup nous avons été tous et toutes choqué.es et meurtri.es de la brutale et bien triste disparition de Pierre.
Depuis des années Pierre était une cheville ouvrière incontournable de notre association altermondialiste locale.
Il était notre indispensable WebMaster. Nous apprécions son calme, sa discrète efficacité, sa patience pédagogique parfois devant nos incompréhensions techniques.
Depuis plus de 10 ans il avait entièrement refondu notre site internet et le mettait à jour régulièrement selon les nécessités, améliorant ses fonctions, faisant face aux rares mais parfois lourdes pannes. Et là il ne comptait pas son temps.
Il n’avait de cesse de nous réclamer des informations fraîches et locales, des petites contributions écrites, en plus de celles qu’il mettait en ligne, souvent sur l’écologie à laquelle il était très sensible.
Il nous le bichonnait ce site afin de multiplier les visites d’internautes et augmenter l’audience des analyses et combats de notre association pour un monde meilleur. En visitant le site d’Attac 78 nord, nous y verrons toujours sa patte, il sera encore un peu avec nous.
Tous les ans, à notre assemblée générale, nous avions de sa part un point très précis sur l’état du site, ses évolutions, son audience...
A cette occasion aussi conviviale, il nous faisait découvrir ses délicieux et orignaux plats végétaux faits maison.
Pierre gérait et mettait à jour aussi nos listes de mails groupes d’adhérent.es, de sympathisant.es et contacts ainsi qu’une liste de presse locale très utile.
Attentif et bienveillant, il répondait toujours à nos demandes selon son emploi du temps. Nous patientions, car nous respections son choix bien légitime et tout à son honneur de faire passer sa vie de famille en priorité.
Depuis le début de l’année, il avait commencé à former un camarade pour le seconder dans cette tâche indispensable mais parfois ingrate et invisible qu’il savait rendre attrayante.
Gageons qu’il aura réussi à transmettre l’essentiel.
Pierre, merci pour ta disponibilité, ton calme, ton efficacité, ta gentillesse. Tu as été avec nous jusqu’au bout, quelqu’un de précieux, sur qui nous pouvions compter.
Bien que dispersé.es en ce début de mois de juillet, nous sommes de tout coeur avec toi et les tiens.

Documents associés à l'article
 (9 novembre 2018)

Dans le monde selon Emmanuel Macron, il y a d’une part les « premiers de cordée », qui ont « du talent », « qui réussissent » et d’autre part les gens « qui ne sont rien », les « fainéants ».
L a « société civile » y est débarrassée de ses antagonismes principaux, une société lisse dans laquelle l’initiative individuelle peut jaillir. Les corps intermédiaires, syndicats au premier chef, doivent être disloqués tandis que les contre-pouvoirs, et notamment la justice, sont volontairement écartés, contournés, affaiblis.
L es lois de l’économie étant aussi immuables que celles de la physique, le gouvernement démocratique doit céder la place à la gestion d’une entreprise géante confiée aux « experts », des « jeunes loups » du privé qui occupent les plus hautes fonctions d’Etat. Les maître-mots sont « l’efficacité » et le « pragmatisme », nouvelle idéologie de la prétendue fin des idéologies.
L es « experts » conduisent une marche forcée vers une économie « libérée » de ses mécanismes de partage et de socialisation de la richesse, comme de la régulation des marchés. Au passage, ils n’oublient pas le mot de Benjamin Constant : « Servons la bonne cause et servons-nous. »
L ’objectif ultime, c’est une société dans laquelle l’Etat se réduit à sa fonction régalienne : la police et l’armée. Il faut bien que l’ordre règne et la transposition de l’état d’urgence dans le droit commun y pourvoira. Le reste, tout le reste peut et doit être laissé au marché et géré par le secteur privé : l’éducation, les infrastructures du transport et de l’énergie, la culture, la santé, la retraite.
L e livre pointe « les forces et faiblesses de cette stratégie » qui ne pourra être contrecarrée que par la mise en place « d’un projet alternatif porté par une gauche sociale et politique qui puisse être une force d’attraction idéologique, suscitant l’enthousiasme, permettant à l’espérance de renaître et de résister aux vents contraires ». Tel est l’enjeu qui nous est posé : « faire grandir un imaginaire social qui dessine l’horizon d’une société différente porteuse d’espoir, de justice, de solidarité et d’égalité. »

Documents associés à l'article
Film Woman at War
 (9 novembre 2018)


Difficile de classer Woman at War dans un genre bien spécifique : est-ce une comédie ? Un drame ou même un thriller au thème écologiste ? C’est sûrement un peu de tout ça.
Résolument dans l’air du temps, Benedikt Erlingsson fait de son héroïne, Halla une femme en colère, un peu atypique qui décide de prendre en main le sort de la planète. Voilà une quinqua plutôt bobo qui part en guerre un arc à la main contre une usine d’aluminium du groupe Rio Tinto . Cette « sympathique » multinationale (56 Mds$ de chiffre d’affaires annuels), possède quelques usines en France, qui se sont signalées par des rejets de boues rouges dans les rivières environnantes.
A près avoir dézingué des lignes à haute tension, l’héroïne, sorte d’Erin Brokovich islandaise, face à un attirail technologique au service du pouvoir, n’a que la nature qui l’environne pour échapper à ses griffes. Dans une scène impressionnante on la voit creusant la terre et plongeant dans l’eau glacée. Ses revendications sont détournées par les médias qui en font la terroriste idéale. L’état de guerre civile est omniprésent (attaque de drone). Puis, Halla change de tenue et réapparaît en professeure de chant ! L’aspect musical est accentué par la présence à l’écran d’un trio de musicien, bientôt en alternance avec un choeur de trois femmes : l’un islandais, l’autre ukrainien. S’ajoute à cet emploi du temps chargé l’arrivée imprévue d’une fille adoptive l’attendant en Ukraine. En plus d’avoir deux vies, l’une très aventureuse et l’autre très sage, la guerrière Halla a une soeur jumelle, avec qui on la confond (forcément, car elle est interprétée par la même actrice). Cette soeur jumelle permet en outre un duo plutôt original et ménage un dénouement qui prend des allures de conte.
C e film est un appel à l’insubordination et à l’action directe, une fable révolutionnaire dans une perspective résolument écologique et féministe.
Voilà, n’hésitez pas à aller voir la "femme des montagnes" en action, les images sont superbes, magnifiquement filmées, c’est rafraîchissant, décalé, original et ça donne la pêche. J’en suis ressortie avec le sourire.

Documents associés à l'article
 (9 novembre 2018)

En ce mois de novembre 2018, Mr Macron fait un long déplacement sur les champs de bataille de 1914- 1918.
De Strasbourg à Compiègne, en passant par Verdun et Notre-Dame de Lorette, il explique qu’il assume vouloir célébrer la paix. Il salue le courage des poilus, des sénégalais. Pourtant, quelques jours auparavant, il se félicitait que la France soit le 3è exportateur d’armes derrière les Etats-Unis et la Russie, « commerce bon pour l’économie ».
La France a ratifié en 2013 le traité sur le commerce des armes (le TCA,) voté à l’assemblée générale des Nations Unies, qui stipule qu’aucun transfert de matériel militaire n’est autorisé si les armes sont destinées à violer le droit humanitaire international ou à porter atteinte à des populations civiles. Or nous savons que l’Arabie saoudite pilonne le Yémen avec des armes françaises, que le gouvernement égyptien réprime ses opposants avec des armes françaises, par exemple ?
1916-1940 Confusion, manipulation : par ailleurs, sa volonté de défendre Pétain, frappé d’indignité nationale en 1945, « grand soldat ... qui par la suite a fait des choix funestes » a fait suffisamment réagir dans le pays pour qu’il renonce à son projet initial, de le célébrer au même titre que les autres maréchaux, le 11 Novembre, à Paris.
Mais jusqu’où pourrait aller Mr Macron pour se maintenir à flots ?
Quel danger courons-nous ? Laisserons-nous faire ?

Documents associés à l'article
 (9 novembre 2018)

Coup de blues et coups de colère

Depuis des mois, tous les jours, venant de Trump, Poutine, Erdogan, d’Italie, d’Israël, de Syrie, de Pologne, du Brésil, de France ou d’ailleurs, c’est l’avalanche de sales coups, de mauvaises nouvelles sociales, politiques, économiques, environnementales, et autres coups tordus minant notre moral qui prend un coup dans l’aile, pompant notre énergie assaillie de coups de barre.
A tel point qu’on s’interroge s’il est déjà « minuit dans le siècle » comme l’écrivait le révolutionnaire russe Victor Serge en 1939 face au nazisme et au stalinisme bien installés. D’un coup d’oeil, la comparaison avec cette sombre période n’est pas un coup du sort et semble relayée de toutes parts. Comme une roue de l’histoire tournant à l’envers, cette petite musique sert aussi à faire rentrer dans le rang, faire peur ou tomber en désespérance. Y céder n’évitera pas les coups de bambou.
N’espérons ni coup de baguette magique ni coup de pot ou coup de grâce.
Mais connaissant les causes, sachons alors chasser ce blues plombant et si peu musical, pour sortir ensemble de cette spirale infernale, donner des coups de collier par d’audacieux coups de théâtre collectifs et solidaires pour de bénéfiques coups de balai. Ca vaut le coup d’en mettre un sérieux coup !

Coup de poignard dans le dos

de la part du service public de La Poste fermant depuis des années de plus en plus de bureaux locaux (2000) sous prétexte de baisse de fréquentation (organisée de fait par réduction des horaires !), charge et désorganise à outrance les centres de distribution comme dans le 78. Tout ça pour des objectifs de rentabilité, au détriment des usagers et du personnel en souffrance.
Mais la résistance existe comme à Flins sur Seine où la population refuse catégoriquement le projet de déplacement à Carrefour, après la fermeture des bureaux de Bouafle, bientôt Ecquevilly, pendant que d’autres sont surchargés comme aux Mureaux.
Soutenue par le Conseil municipal, une pétition du Collectif « Sauvons ensemble notre poste en danger » a recueilli très vite des centaines de signatures. Une réunion publique de 120 personnes le 5 novembre a au contraire demandé un poste supplémentaire.... A suivre !

Coup de colère et carton rouge

Aux autorités de l’État dans le 78 (et ailleurs) qui ont porté un coup de grâce aux campements de nombreuses familles roumaines de Triel sur Seine le 14 juin. Sur les plus de 144 personnes expulsées seules 35 personnes ont obtenu des solutions de relogement ou d’hébergement stables de la part des services de l’État. Parmi les autres, très peu ont pu trouver, par leurs propres moyens, des solutions correctes. Le 115 ne répondant pas, la plupart reste en errance ou en squat menacé d’expulsion (Buchelay) ; dans des abris de fortune d’où ils sont chassés, comme d’autres à la rue dont les Tibétains de la plaine d’Achères. Tout aussi indigne : pas de suivi social pour ces personnes vulnérables. Et ce malgré les protestations, multiples courriers et le soutien du collectif Romyvelines.
Un scénario identique s’est produit à Montigny le Bretonneux.
« Se débarrasser d’un problème social en dégageant des familles pauvres vivant dans le secteur depuis plus de 10 ans, est-il acceptable dans un département qui ne manque ni de terrains ni de lieux à réhabiliter ? Est-il supportable d’envoyer un enfant de 4 ans dormir à la rue ? ou un enfant de 8 ou 10 ans ? ou une personne âgée ? ou une femme ? Ou n’importe quel être humain ? » interroge Romyvelines.

ROMEUROPE dont Romyvelines est membre, communique la veille de la trêve hivernale (qu’il faut faire appliquer à certaines autorités du 78 !) :
« Le gouvernement annonce vouloir faire des familles à la rue « une priorité absolue ». Pourtant, depuis le début octobre, des centaines de familles ont été jetées à la rue par la force publique, à la suite d’expulsions ou d’évacuations de squats et de bidonvilles. A Toulouse, Corbeil-Essonnes, Argenteuil, Vitry, La Courneuve, Ris-Orangis, Nantes, Melun, Marseille, Cergy, Montreuil, Valence, Choisy le Roi, Chambéry, au moins 1500 personnes ont été expulsées rien qu’en octobre ... moins d’une centaine a été orientée vers un logement ou un hébergement stable.../...
Nous appelons le ministre de l’intérieur à interdire aux préfets de recourir à la force publique pour expulser sans relogement ni hébergement stable les habitants des squats et des bidonvilles pendant la trêve hivernale qui débute demain.
Cette trêve laisse dès à présent au moins 5 mois pour élaborer - avec les personnes concernées - des solutions dignes et durables de sortie de bidonville.
Nous appelons le premier ministre à exiger des 8 ministres signataires de l’instruction du 25 janvier 2018 une application immédiate et concertée de ce texte, en articulation avec le « Plan Logement d’abord » et la « Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté ». Au-delà des mots, nous attendons des actions concrètes et immédiates. A défaut, de nombreux enfants continueront de grandir dans la rue, dans des bidonvilles ou des squats en France. »

Coup de coeur

à RESF 78 Réseau Éducation Sans Frontières pour sa brochure Que sont-ils devenus ? Ils et elles ont migré en France, y ont été scolarisé.es, s’y sont installé.es. 200 sont régularisés depuis 2013. RESF78 donne la parole à 20 de ces jeunes quelques temps après. Les témoignages sont publiés sur le site « http://www.resf78.ouvaton.org/ » Visitez le !
C’est émouvant, poignant, enrichissant, parfois révoltant, mais encourageant et magnifique.... en donnant ainsi un sens à ce que l’on affirme nous aussi : ils sont vraiment une richesse pour notre pays !

Coup de chapeau


aux 10 ans du Cercle silence de Versailles qui se manifeste tous les 2 es jeudis du mois de 18h à 19h place du marché aux fleurs, pour « exprimer publiquement le traitement inhumain et dégradant fait aux familles et aux travailleurs migrants en situation irrégulière en France, en rassemblant régulièrement, dans un espace public, des femmes et des hommes d’horizons et convictions divers. » https://sites.google.com/site/
Autre cercle de silence à Mantes la Jolie tous les 3 es samedis du mois de 11h à 12h, place St Maclou, depuis de nombreuses années aussi ....

Coup de pouce.

à la Coordination Nationale des Collectifs de Défense des Hôpitaux et Maternités de proximité qui se bat depuis des années pour préserver un système de santé publique digne de ce nom alors qu’il est attaqué de toutes parts par une accumulation de contre-réformes le bradant au privé au détriment du personnel à bout et des usagers démunis. Nous reviendrons bientôt sur ce sujet avec l’exemple de Poissy.
Visitez le site et inscrivez-vous à la formidable lettre d’information qui relate régulièrement ce que les grands médias négligent. http://coordination-defense.org cda12550@coordination-defense-sante.org

Coup de maître

à Maurice Martin, professeur d’histoire honoraire, qui a mené de main de maître la séance passionnante de l’Université Corot de Mantes du 3 novembre à Dennemont sur L’armistice de 1918.
Introduction par la Chorale des Rouges gorges avec des chants anti-guerre sur cette période (la Chanson de Craonne, la Butte rouge, Les tourneuses d’obus, Pour l’exemple...).
L’analyse historique et géopolitique fut très fouillée et percutante, montrant l’horreur de cette guerre subie par des milliers de soldats, avec l’exemple très vivant de Paul Masson, paysan et « poilu » de Follainville. Les traités alors signés en 1918, expliquent la plupart des conflits de guerre depuis et encore aujourd’hui.
Surtout, ce qui est trop rarement enseigné, surprit une partie des 150 présent.es : la fin officielle et précipitée de cette guerre le 11 novembre 1918 afin d’éradiquer les situations révolutionnaires en Europe, suite à la révolution russe de 1917, année essentielle, et celle en Allemagne anéantie dans le sang en 1919 par l’assassinat de Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht. Nous faisons nôtre la conclusion affirmée et applaudie : « Dommage que pour commémorer ce centenaire, on ne dise pas partout comme sur quelques monuments aux morts français : « Maudite soit la guerre »  !

Coup de semonce

Les 23 et 24 octobre, des milliers de femmes employées par la municipalité de Glasgow ont participé à l’une des plus grandes grèves de l’histoire du Royaume-Uni pour l’égalité de salaire entre hommes et femmes.
Le succès de leur mobilisation ouvre un cycle de négociations avec le conseil municipal après des années de tergiversations. Cette grève fait écho à celle, massive des femmes espagnoles le 8 mars dernier.
A quand en France, alors que chaque année dès 15h 36 le 6 novembre les femmes salariées travaillent gratuitement, du fait de l’inégalité salariale ?

Coup d’épée dans l’eau

et flop pour le lancement de la campagne européenne de Marine Le Pen dimanche 23 septembre à Mantes la Ville, seule mairie RN d’Ile de France, avec 200 personnes dans une salle engrillagée et protégée par des CRS.
A saluer une présence active et nombreuse lors du rassemblement et la manifestation unitaire (syndicats, associations, citoyens) au travers de la ville, afin de dénoncer les méfaits concrets de ce parti décliné au niveau local : austérité, autoritarisme, inégalités, injustices, discriminations, non-respect de la légalité et incompétence. Et pour rappeler que le RN n’est pas un parti comme un autre.

Documents associés à l'article
 (9 novembre 2018)

L’été caniculaire, le départ de N. Hulot ont renforcé une prise de conscience chez des milliers de citoyens et citoyennes.
Après les grandes manifestations de septembre, beaucoup ont décidé de ne pas laisser retomber la pression pour que des mesures urgentes et efficaces soient prises face au réchauffement climatique.
Ainsi, l’Appel « Nous voulons des coquelicots » pour l’interdiction des pesticides, lancé par le journaliste Fabrice Nicolino, relayé depuis octobre, se veut tenir dans la durée.
Comme dans d’autres villes, un groupe de mantaises pour qui les petits gestes ne suffisent plus et voulant aller plus loin que la seule question des pesticides, a organisé une animation samedi 20 octobre à Mantes la Jolie : 2 tables, une pour discuter et faire signer la pétition ; une autre pour parler de l’urgence politique, écrire des paroles, fabriquer, dessiner des coquelicots avec des matériaux de récupération. 150 personnes se sont rassemblées, beaucoup sont passées, ont signé, cousu, des enfants ont dessiné. Un tract « Stop Ceta » accord de libre-échange climaticide a été diffusé et a permis des échanges.
Prochain rendez-vous mensuel samedi 8 décembre 14 h devant la mairie, Rencontre prévue avec des agriculteurs locaux et en bio.

Documents associés à l'article
 (9 novembre 2018)

Tour Alternatiba : qu’est- ce ? En 2015, une équipe de cyclistes (à vélos, tandems, quadruplette ) ont fait un tour de France, de Bayonne à Paris pour le Climat.
Cet événement inédit est formidablement relaté dans le film « Irrintzina, le cri de la génération climat » diffusé à plusieurs reprises dans la région.
E n 2018, une autre équipe a repris la route à Paris, en juin, pour arriver à Bayonne le 6 octobre : 5000 km, 200 étapes pour rappeler la nécessité de construire une mobilisation sur la question de l’urgence climatique, pour une société plus juste, plus solidaire et plus soutenable. Il s’agit de montrer que les alternatives concrètes existent pour réaliser la transition écologique et sociale.
L ’objectif du Tour Alternatiba 2018 est de changer d’échelle, de passer de l’engagement individuel à des projets de territoires, associant populations, associations et collectivités locales. En effet, chacun.e peut agir à son niveau en faveur du climat. Mais face à l’urgence, seule une dimension collective sera à la hauteur du défi climatique.
Les étapes ont été l’occasion de moments festifs, conviviaux, de rencontres, de formation et de mise en valeur des alternatives et initiatives locales.
Ainsi aux Mureaux, plus d’une vingtaine d’associations ont travaillé ensemble et se sont regroupées pour monter un village d’accueil à l’équipe, sur la Place de Bécheville, faire la communication, le fléchage, installer les stands, proposer un repas aux cyclistes de 20 à plus de 50 ans. Une classe du Collège Jules Verne a accueilli et échangé avec l’équipe du Tour. Certains jeunes avaient du mal à croire qu’il était possible de rouler sur de telles distances.
La date, un lundi, choisie par l’organisateur du Tour, était peu propice à rassembler beaucoup de monde ; mais elle a permis à ces associations locales de se rassembler, de se découvrir, de ressentir la nécessité de continuer à avoir des projets ensemble pour poursuivre cette dynamique de changement.

Documents associés à l'article
 (9 novembre 2018)

Le « Rapport spécial 1,5°C » du GIEC explique qu’il nous reste une chance minime de maintenir le réchauffement climatique sous les +1,5 °C.
Aujourd’hui, le réchauffement est estimé à +1°C, et l’on en ressent les effets : canicules, inondations, sécheresses, ouragans, fonte des calottes glacières et du permafrost, hausse du niveau des mers, etc... Q Qu’en sera-t-il à +1,5°C, +2°C, ou bien plus ? Selon de récentes études, le seuil de basculement vers une « planète-étuve » irréversible pourrait-être franchi à +2°C ! et ceci avant 2050, c’est-à-dire demain !
Notre maison brûle, nous voyons le feu progresser, et que faisons-nous pour organiser les secours ?
L e système économique actuel, capitaliste et productiviste, réchauffe la terre.
Les lobbies et la finance dictent leurs lois. Il faudrait que les chefs d’état et de gouvernement agissent de façon coordonnée, et immédiatement. En ont-ils la volonté politique ? Sans illusion, la réponse est « non », comme l’a signifié Nicolas Hulot lors de sa démission du gouvernement.
Alors que faire ?
La lutte pour éviter cette catastrophe prévisible ne peut se limiter à des petits pas individuels, qui ne suffisent plus.
Nous devons impulser une puissante mobilisation mondiale des mouvements environnementaux, syndicaux, paysans, féministes et indigènes, et de façon urgente.
Nous devons enclencher nous-mêmes un changement massif et immédiat : cesser tout usage des combustibles fossiles, abandonner l’agrobusiness en faveur d’une agroécologie locale, éliminer les productions inutiles ou nuisibles, passer aux 100% renouvelables, réduire les transports au strict nécessaire, éviter le gaspillage, nous opposer à toute activité contribuant à augmenter les gaz à effet de serre, et tant d’autres choses encore ....
Nous devons agir collectivement, massivement, immédiatement.
Il est juste temps ! Nous voulons un monde vivable et désirable.

Changeons le système, pas le climat !

Documents associés à l'article
EDITO
 (9 novembre 2018)

Nous avons tous vécu un été caniculaire, vu des images des incendies violents dans des régions inhabituelles (Suède par exemple), des inondations ravageuses (Corse, Japon, Thaïlande, Inde), de typhons, d’ouragans, de disparitions d’espèces.
La question du réchauffement climatique apparaît enfin prioritaire.
Différents rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) analysent et proposent des solutions depuis 1990.
I l y a eu l’accord de Paris en 2016 (Cop 21), la Cop 22. Nombre d’associations et de mouvements (dont Attac)alertent,mobilisent, proposent des alternatives pour éviter un désastre humanitaire global qui touche déjà les plus démuni.es. Et pourtant en France, en 2017, au lieu de diminuer, les émissions de CO2 ont bondi de 3,2% (1,8% en Europe).La facture énergétique a augmenté de 23%, alors qu’elle avait baissé de 56% entre 2012 et 2016.* « bilan énergétique de la France métropolitaine en 2017, données provisoires »
Entre autres, Mr Macron a choisi de mettre des cars sur les routes plutôt que d’investir dans le transport ferroviaire (sacrifié) ou fluvial (sous-utilisé).
Et pourtant, croissance et concurrence restent pour le moment les totems de nos gouvernants : cette politique ne fait qu’accroître les inégalités, détériorer les conditions de vie, l’environnement en France et dans le monde, au bénéfice du monde de la finance, des multinationales et au détriment de la vie même.
Localement par exemple, contre les conclusions des études d’experts sur la pollution de l’air et possiblement de l’eau, contre l’avis d’élu.es et de la population, la société Heidelberg Cément/Calcia poursuit le projet d’agrandir les carrières sur les terres agricoles des communes de Brueil et Guitrancourt dans le Vexin.
Un été d’intolérance, de mépris et d’arrogance : au-delà des petites phrases provocatrices du président, ne nous laissons pas manipuler par le silence assourdissant du gouvernement français en juillet, quand l’Aquarius a voulu débarquer des migrants que l’Italie refusait d’accueillir, ni par les mesures à court terme prises envers eux. Il est nécessaire d’analyser et de comprendre les raisons actuelles de ces arrivées (guerres, accaparement des terres, famine), et celles à venir (migrations climatiques) afin de mettre en place dès maintenant des solutions durables et humaines.
Un été de défense de passe-droits. En effet, Mr Macron et son entourage, n’ont cessé de tenter de nous faire croire que l’affaire Benalla était un non-évènement.
Pourtant, celle-ci illustre les dysfonctionnements graves de l’appareil d’Etat. Cette affaire se poursuit et montre la volonté de ce gouvernement de s’attaquer à la séparation des pouvoirs législatif, judiciaire, exécutif, qui est essentielle (même si non suffisante) à un système démocratique.
La rentrée est chaotique, on parle d’une vraie crise politique. Le remaniement ministériel bâclé, la forte perte d’audience du président attestent d’une grande colère de la population. Les plans (plan pauvreté, plan santé, plan éducation, retraite...) s’empilent sans concertation, dans le but de faire des économies, toujours et encore sur le dos des salarié.es et des usagers, et d’affaiblir les solidarités constitutives de notre système social.
Les mesures de répression (maternité Du Blanc à Châteauroux, manifestations écologistes à Bure ou celles de soutiens aux réfugiés, les perquisitions à grand renfort policier à la France Insoumise - quoiqu’on pense de son leader - deviennent les seules réponses.
Inquiétant pendant que les réseaux fascisants et racistes tentent de relever la tête, encouragés par de plus en plus de gouvernements adeptes de cette idéologie nauséabonde.
Du côté des femmes, de par le monde, y compris en Europe, leurs droits ne cessent d’être attaqués (droit à l’avortement, violences...).
De fortes mobilisations s’y opposent (Pologne, Maroc).
En France, elles ont été nombreuses à se lever sur la question du climat.
Dans le 78, restons combatifs avec notamment l’association AVL3C et d’autres collectifs alternatifs, partout où les autorités essaient de promouvoir, de soutenir des projets qui vont à l’encontre de notre santé, de notre futur sur cette planète ; avec le Réseau d’aide aux migrants R.amy pour promouvoir un accueil humain et solidaire à ceux qui sont placés et déplacés dans les structures ; avec notre association Attac mobilisée activement contre les pratiques des banques qui maintiennent leurs paradis fiscaux, une des causes de l’austérité imposée par l’UE, des dégâts du climat et du maintien voire de l’accroissement des inégalités.
Dans les semaines à venir, informons-nous et réfléchissons aussi sur la question de l’Europe que nous souhaitons.

Documents associés à l'article
Les anciennes "Lettre d'ATTAC 78N"